Hiver 2010 - 2011 (2)

Première partie: ICI

--------

19 décembre - chutes de neiges exceptionnelles

Tout juste deux semaines après l'épisode du 5 décembre, la Belgique fait une nouvelle fois face aux intempéries. Une dépression de tempête (110 à 120 km/h sur les côtes ouest françaises) se dirige de la Bretagne vers le sud de la Belgique. Elle véhicule une impressionnante et intense perturbation qui provoque de très fortes chutes de neige sur le nord de la France, la Belgique, le Luxembourg et l'Allemagne, qui restent dans la partie froide de la dépression. (Ci-dessous, carte d'analyse de surface à 13h00 heure belge).

Cette perturbation entre en Belgique vers 10h00 sous forme d'un front chaud. La neige commence rapidement à s'accumuler sur le manteau neigeux préexistant, et enneige rapidement le réseau routier. Les aéroports belges ferment les uns après les autres, bloquant des milliers de passagers. Une nouvelle fois, une alerte rouge est émise par Météo Belgique (ci-dessous) et l'IRM en urgence, les prévisions n'annonçant pas de telles quantités la nuit précédente.

La perturbation est énorme, comme le montre l'image radar suivante. Pendant le début de l'après-midi, c'est le front chaud qui concerne la Belgique, avec des intensités parfois soutenues:

En milieu d'après-midi, la circulation routière devient très difficile, les bus du TEC rentrent au dépôt les uns après les autres. Les routes sont enneigées et très dangereuses. La couche de neige devient par endroit impressionnante. Ci-dessous, image d'ensemble de la perturbation à 14h30.

Plus l'heure avance, plus la neige s'accumule, et plus la situation sur les routes devient apocalyptique: à 17h00, on répertorie plus de 500 km de bouchons, ce qui est exceptionnel pour un dimanche. Nul doute que si cet épisode s'était produit en semaine, ce nombre aurait été plus élevé encore. La carte suivante venant du site Infoclimat/Météo Alerte montre la situation en fin d'après-midi, avec les observations encodées par le webmaster tout au long de la journée:

En fin d'après-midi, la zone neigeuse s'éloigne vers l'est après avoir déposé entre 10 et 20 cm de neige selon les régions, et l'influence du secteur chaud de la perturbation se fait sentir: les températures entament une remontée fulgurante, et le dégel s'amorce partout au sud d'une ligne Mons - Liège. En Gaume, il fait jusqu'à 4°C! La couche de neige commence à fondre en de nombreux endroits, et l'on observe de la pluie.

Mais c'est sans compter sur l'arrivée du front froid plus tard en soirée... Celui-ci s'accompagne d'une nouvelle zone de neige soutenue, précédée d'un peu de pluie et même d'orages (signalés à Dinant et Ciney). Cette zone suit le sillon Sambre-et-Meuse, et marque la frontière entre l'air froid au nord et l'air chaud au sud. Les températures redescendent rapidement sous la barre des 0°C sous les chutes de neige. 

La neige gagne à nouveau en épaisseur et les conditions routières se font à nouveau plus difficiles... Cette deuxième salve dure entre trois et quatre heures selon les endroits et dépose à nouveau 5 à 10 cm de neige en plus sur le sillon Sambre-et-Meuse.

Mais si la neige cause pagailles et soucis, elle offre également de magnifiques paysages. Montigny-le-Tilleul est à ce titre très bien servi. D'autres photos sont visibles ici: http://hydrometeo.e-monsite.com/album-cat-1-244406.html

L'Ardenne prend des airs de Laponie ou de Sibérie, comme ici à Vresse-sur-Semois (photo: R. Courtois):

A Montigny-le-Tilleul, les évènements peuvent être résumés comme suit: avant l'arrivée de la perturbation, on observe 7 cm de neige. Le passage du front chaud donne 14 cm de neige, ce qui porte la couche totale à 20 cm. Une dégel de deux heures ramène l'épaisseur à 18,5 cm. Le front froid apporte 7 cm supplémentaires. Il est donc tombé 20 cm de neige sur tout l'épisode, c'est du rarement vu. La couche totale de neige est comprise entre 25 et 26 cm.

En Ardenne, l'épaisseur du manteau neigeux avoisine les 40 à 60 cm selon les endroits, et atteint même 70 cm en Hautes Fagnes.

Cet épisode est exceptionnel à plus d'un titre: par les quantités tombées (pour Montigny-le-Tilleul, c'est du jamais vu depuis 25 ans) et par l'épaisseur du manteau observé en moyenne Belgique.

De très nombreux accidents sont à signaler. Une personne décède à Bertrix, écrasée par l'effondrement du toit de sa grange sous le poids de la neige.

 

20 décembre

Les chutes de neige se sont arrêtées, mais les ennuis continuent. A l'heure de pointe, on relève 670 km de bouchons sur les routes rendues dangereuses par le verglas. Il ne dégèle pas de la journée.

Toute l'Europe Occidentale vit au rythme des chutes de neige. En plus de la Belgique, le nord de la France, l'Allemagne, les Pays-Bas et le Royaume-Uni sont également concernés

 

21 décembre

Il tombe à nouveau plusieurs centimètres de neige sur Bruxelles et le Brabant Wallon, un peu moins ailleurs. Les routes restent très dangereuses sur tout le pays. Heureusement, le dégel commence, et la situation s'améliore dans l'après-midi.

 

23 et 24 décembre - Neiges et pluies verglaçantes exceptionnelles 

Alors que l'épisode du 19 décembre relevait déjà de l'exceptionnel, de nouvelles fortes chutes de neige continues frappent le centre du pays, tandis que la province de Luxembourg et l'est de la province de Liège sont en proie à des pluies verglaçantes. Elles provoquent un véritable chaos sur le tout le pays. Pour la troisième fois cet hiver, une alerte rouge est déclenchée sur le sud du pays (ci-dessous, celle de Météo Belgique).

Auparavant, en fin de nuit, une faible zone neigeuse avait apporté 4 à 5 cm de neige sur plusieurs régions, provoquant quelques embarras, mais rien de comparable à ce que la Belgique va vivre en soirée et la nuit suivante.

Une vaste dépression située en Méditerranée envoie de l'air doux en direction du pays, qui entre en collision avec de l'air polaire en provenance de Scandinavie. Au contact entre les masses d'air se forme un puissant front chaud (certaines cartes le représentent comme un front double) qui va stationner sur la Belgique pendant environ 24 heures. La carte ci-dessous représente la situation à 19h00.

A ce moment-là, la perturbation est déjà bien calée au-dessus du pays, et ce depuis quelques heures. Il neige en abondance sur le centre de la Belgique. Dans le sud-est du pays, l'arrivée d'air plus doux en altitude transforme la neige en pluie, qui tombe sur des sols gelés (-2 à -3°C par endroits), entraînant d'imposantes pluies verglaçantes. La couche de glace mesure plusieurs centimètres. On note 1380 km de bouchons sur les routes belges, les bus du TEC rentrent aux dépôts, et les vols au départ des aéroports de Charleroi et Liège sont retardés voir supprimés. Bruxelles suivra plus tard. La ligne SNCB Namur - Luxembourg est fermée à tout trafic suite à une rupture de l'alimentation électrique à Libramont, les trains venant de Bruxelles sont limités à Jemelle.

A 21h45, la situation n'a que très peu évolué, la zone de précipitations s'est à peine décalée vers le nord, et commence à faiblir.

Dans le courant de la nuit du 23 au 24 décembre, l'intensité des précipitations faiblit. En altitude, l'air froid commence à se répandre vers le sud-est. Les pluies verglaçantes qui concernaient le sud du pays sont remplacées par de la neige. La perturbation se déplace lentement vers le sud-est. Au niveau de la situation synoptique, le front chaud commence à faiblir, comme montré sur la carte ci-dessous (à 1h00 le 24):

Au matin du 24, il neige toujours en de nombreuses régions, mais plus faiblement, excepté sur l'Ardenne et les Hautes-Fagnes. L'alerte rouge est étendue. De fortes rafales de vent entraînent la formation de congères.

A l'heure de pointe, la situation sur les routes est catastrophique: plus de 500 km de bouchons sont répertoriés, en prenant en considération que beaucoup de travailleurs sont restés chez eux. A nouveau, aucun bus du TEC ne sort des dépôts, et la circulation des trams à Charleroi et à Bruxelles est très perturbée. La situation se normalise lentement dans l'après-midi.

La perturbation quitte la Belgique en soirée, après avoir apporté 15 à 25 cm de neige sur les régions les plus touchées (Hainaut oriental et Namur surtout). Si ces quantités sont remarquables, c'est surtout l'épaisseur de la couche de neige totale qui frappe l'imagination: elle va de 20 cm à Bruxelles à 60 cm en Hautes Fagnes, en passant par 30 à 35 cm dans la région de Charleroi, 40 à 50 cm en Entre-Sambre-et-Meuse et dans le Condroz. Ce ne sont que des exemples parmi tant d'autres. Pour la région de Charleroi, jamais la couche de neige n'avait été aussi haute depuis janvier 1979. Rarement aussi la neige aura causé tant de soucis.

A Montigny-le-Tilleul, la couche de neige au 22 au soir était de 12 cm. Durant la nuit du 22 au 23, il est tombé 4 cm, portant la couche de neige totale à 16 cm. Entre midi le 23 et minuit le 24, la neige tombe abondamment, puis faiblit jusqu'à s'arrêter complètement en milieu d'après-midi. Il est tombé 21 cm de neige durant cet épisode, portant la couche de neige totale à 37 cm.

37 cm de neige sur Montigny-le-Tilleul.

D'autres photos des chutes de neige: ICI

 

25 décembre

La neige offre à la Belgique le plus beau Noël blanc qu'elle n'ait jamais eu depuis 1964: 16 cm de mesuré à Uccle, encore plus de 30 cm de neige à Montigny-le-Tilleul (la neige s'est tassée pendant la nuit). En soirée, les températures chutent: il fait -10,4°C à Montigny-le-Tilleul vers 18h00, le temps se "radoucit" par la suite.

 

Fin décembre - début janvier

La neige persiste pendant les jours suivants. Il faut plusieurs jours pour que tout rentre dans l'ordre sur les routes et le rail, et de nouvelles faibles chutes de neige et du verglas perturbent à plusieurs reprises l'heure de pointe, mais moins que le 24 décembre. Durant les premiers jours de janvier, le dégel s'amorce (le 6 janvier, il fait parfois 10°C) et va avoir de graves conséquences...

 

6 au 9 janvier 2011 - Inondations catastrophiques

La fonte des neiges combinée à des précipitations parfois soutenues entraînent des inondations très importantes, mais néanmoins moins spectaculaires que celles de novembre dernier. Presque tous les cours d'eau de Wallonie (et plus tard, une bonne majorité de ceux de Flandre) sont placés en alerte crue, et débordent. L'Entre-Sambre-et-Meuse est particulièrement touché avec les crues de l'Eau Noire à Couvin et de l'Eau d'Heure sur les entités de Montigny-le-Tilleul, Ham-sur-Heure-Nalinnes et Walcourt. Tubize, en Brabant Wallon, est également fortement touchée.



Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×