Printemps 2013

Début mars: Alors que la fin février se déroule dans le froid (relatif), un brusque bouffée d'air chaud arrive du sud, apportant un temps printannier très agréable. Le 5 mars est ainsi le plus chaud depuis le début des observations à Uccle en 1833. On relève ainsi une température maximale de 17,5°C. Cette période de temps doux dure du 4 au 7 mars, même si le temps tend à se couvrir et à devenir plus humide sur la fin de cette période.


***EPISODE NEIGEUX TARDIF ET DE GRANDE AMPLEUR A PARTIR DU 10 MARS***

10 mars: L'hiver signe un retour marqué sur l'Europe du Nord. En Belgique, entre le 9 à 16h00 et le 10 à 8h00, la température baisse de plus de 10°C par endroits. Une zone de conflit marquée par un front froid atteint la Belgique dans la nuit du 9 au 10 par le nord. Elle sépare l'air doux maritime présent depuis plusieurs jours sur nos régions de l'air polaire descendant de Sibérie. La pluie fait rapidement place à la neige, qui tient au-dessus de 150 mètres, menant à une accumulation de plusieurs centimètres.

dsc06226.jpg

Montigny-le-Tilleul sous 3 cm de neige dans la matinée du 10 mars

10-mars-2013.gif

Situation atmosphérique au 10 mars.


11 mars: Le contraste entre l'air polaire au nord et l'air maritime doux au sud prend davantage d'ampleur. En 150 km, la différence de température dépasse parfois les 10°C. Le contraste est encore plus marqué à 850 hPa (environ 1500 mètres d'altitude), où on note -11°C au-dessus de la côte sud du Royaume-Uni mais +1°C au-dessus de la Baie du Mont-Saint-Michel. Il gèle au nord du front, où un vent de nord-est en rafales et une neige soufflée rendent les conditions très désagréables. C'est notamment le cas sur la Wallonie et sur le Nord-Pas-de-Calais où quelques centimètres de neige s'accumulent. Par endroits, la couche approche les 4 cm.

hydrometeo-11-mars.png

Carte des températures le 11 mars à 12h45. Source: Infoclimat.

Une dépression nommé Xaver approche lentement depuis l'Atlantique et fait son entrée sur la France en début d'après-midi. En plus d'accentuer le contraste de températures, y compris en altitude, elle déclenche une tempête de nord-est en Manche (120 km/h en rafales) et sur les côtes nord de la Bretagne et de la Normandie (100 à 115 km/h en rafales). Une puissante zone neigeuse se crée au nord du centre dépressionnaire, et concerne ces mêmes régions.

hydrometeo-11-mars.gif

Situation atmosphérique le 11 mars à 7h00 du matin


***12 mars - neige intense, alerte rouge de l'IRM pour la Wallonie***

La Belgique, le nord de la France, le Luxembourg et l'ouest de l'Allemagne sont frappés par un épisode neigeux d'une grande intensité. Il s'agit pour beaucoup d'endroits l'offensive neigeuse la plus sévère de l'hiver 2012-2013, d'autant plus surprenante qu'il a fallu attendre la mi-mars pour qu'elle se produise.

La dépression Xaver transite sur la France, creusée à 993 hPa (12 mars - 7h00). Elle sépare toujours l'énorme contraste de températures de part et d'autre du front. 

12-mars-2.gif

Situation atmosphérique le 12 mars à 7h00

Associée à la dépression, une énorme perturbation transite sur les régions concernées, surplombées par un air très froid au sol et tombant sous des températures de -3 à -6°C. Les rafales de nord-est empêchent une accumulation neigeuse uniforme: à 10h00, les relevés officiels en terrain dégagé et soumis au vent font mention de 5 cm de neige à Bierset, 10 cm à Zaventem et 13 cm à Gosselies et Charleroi. Dans les faits, la couche de neige est parfois bien plus importante. A la même heure, les plus grosses accumulations dépassent les 15 cm, abstraction faite des importantes congères qui se forment de manière généralisée (parfois plus de 50 cm d'épaisseur). Sur les côtes françaises et belges, les rafales approchent ou atteignent encore les 100 km/h.

12-mars-3.jpg

12 mars 10h00

Les conséquences sur les réseaux ferroviaire, routier et aérien sont catastrophiques: on a relevé jusque 1600 km d'embouteillages à l'heure de pointe en Belgique, un record. Les retards et annulations sont nombreuses sur le rail, les bus du TEC sont pratiquement tous arrêtés, et l'aéroport de Liège est complètement fermé.

En France, la situation est encore plus dantesque, avec une couche de neige qui dépasse largement les 20 cm, et des congères énormes, comme à Amiens, véritablement noyé sous l'or blanc.

amiens.jpg

Amiens sous la neige le 12 mars au matin. Source: Photolive Infoclimat

Dans l'après-midi, la perturbation se rétracte et ne concerne plus que les régions de Haute Belgique dans l'après-midi. A la fin de l'épisode, les observations donnent une dizaine de centimètres de neige à Bruxelles (13 cm à Uccle - record absolu pour un mois de mars -, 10 cm à Zaventem) et à Liège (8 cm à Bierset, 11 cm aux Guillemins, 13 cm sur les hauteurs), une quizaine dans la région de Charleroi et de Namur (15 cm à l'aéroport de Gosselies, 13 cm à Wépion, au sud de Namur). Par endroit, la couche de neige frôle les 20 cm. Notons que le vent, ayant chassé la neige, a empêché une accumulation qui aurait pu être plus importante. A l'inverse, il a entraîné la formation de congères parfois imposantes.

13 mars: La nuit est très froide, et des records sont battus pour un mois de mars. Les températures descendent jusqu'à -17,1°C (!!) à Ciney, -15,9°C à Melin (Brabant Wallon), -15,6°C à Wépion (Namur), -14,3°C à Mons, -14,0°C à Cour-sur-Heure (Hainaut), -13,9°C à Montigny-le-Tilleul (Hainaut), -11,8°C à Bierset, -10,1°C à Uccle et à Gosselies.

15 mars: Le mercure tombe à - 17,9°C dans les Hautes-Fagnes. Le dégel et la fonte de la neige se font de manière franche dès l'après-midi, et le temps se radoucit durant les jours suivants.

24 mars: L'hiver ne veut décidément pas lâcher prise. La Belgique se retrouve une nouvelle fois dans une zone de conflit de masses d'air polaire d'une part et maritime d'autre part. A partir de la veille en fin d'après-midi, la neige se généralise sur une bonne partie du pays. L'accumulation dépasse parfois les 5 cm, comme dans la région de Charleroi par exemple. En Ardenne, une langue d'air doux s'intercale en altitude, engendrant des pluies verglaçantes par -4°C, comme observé à Libramont sur le temps de midi.

Fin mars: Rien n'y fait, le temps reste anormalement froid et sombre sur la Belgique. Les températures ne dépassent que très rarement les 5°C, et sont souvent négatives la nuit. Un peu de neige est encore observée ça et là. Cela est dû d'une part à de récurrents anticyclones qui stationnent souvent au nord de l'Ecosse et sur la Scandinavie, et à la zon de conflit avec l'air maritime tropical qui reste bloquée bien au sud de nos régions.

7 avril: L'hiver semble enfin prendre fin. A partir de ce jour, les températures diurnes commencent à s'élever et à se rapprocher des normales. Par contre, les nuits restent encore très froides. Ce jour, il fait -5°C au lever du jour à Montigny-le-Tilleul.

12 avril: Les premiers orages à caractère printannier se produisent sur le pays. On en signale dans la région de Bruges, de Bruxelles, de Charleroi et de Namur notamment.

14 avril: Il fait pratiquement estival, alors qu'il gelait encore il y a une semaine. Ce jour, les températures maximales dépassent les 20°C en plusieurs régions, pour la première fois de l'année.

La première semaine de mai nous offre un temps estival, avec des températures diurnes allant jusqu'à tourner autour de 25°C.

7 mai: une dépression s'immisce sur le sud-est du pays et le Grand Duché de Luxembourg. Au nord-ouest de celle-ci, des orages parfois intenses se forment en milieu d'après-midi et sévissent jusqu'en soirée en se déplaçant dans un flux orienté est - ouest puis nord-est - sud-ouest. Il s'en produit en régions liégeoise, namuroise, carolo et bruxelloise. En matinée déjà, un orage avait circulé de Charleroi vers le Borinage et la France. Localement, des dégâts dus aux eaux sont à signaler.

8 mai: en fin d'après-midi, un front froid lié à une dépression près de l'Irlande vient se heurter à une masse d'air encore relativement douce (22 à 23°C selon les régions) et développe une ligne d'orages qui traverse le pays d'ouest en est en soirée. Les orages qui l'accompagnent sont parfois forts, avec d'importantes quantités de précipitations en peu de temps. La ligne perd son activité électrique en atteignant l'est du pays en fin de soirée, par manque de chaleur.

216242-567969729892640-719179115-n.jpg


La deuxième partie du mois de mai se déroule sous une inhabituelle fraîcheur et un temps (très) humide. Il pleut pratiquement tous les jours et certaines journées voient le thermomètre à peine dépasser les 10°C. L'anomalie de températures le 16 mai, minima et maxima confondus, est d'environ 2°C sous les normes.

23-24 mai: Phénomène exceptionnel, de la neige tient au sol en Haute Belgique! On note ainsi environ 4 cm d'accumulation le 24 au matin au Signal de Botrange. Cette neige éphémère disparaît cependant bien vite.

28 mai: Après deux jours de beau temps où les températures auront enfin dépassé les 20°C, des orages traversent le pays du sud au nord dans l'après-midi. Seul l'ouest de la Belgique est épargné. Localement, ils sont assez intenses et organisés en ligne. Des inondations locales se produisent, comme à Uccle. La foudre frappe un passant à Rixensart, et un train à Beuzet sur la ligne SNCB Bruxelles-Namur, engendrant de gros retards.

28-mai.png


Le mois de mai qui s'achève, en plus d'avoir été fort frais, est le plus pluvieux depuis 1833.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site
Création de site Amiens