Violents orages des 22 - 23 août 2011

Quatre jours après le drame du Pukkelpop, le ciel belge s'embrase à nouveau sous les éclairs de puissants orages.

L'atmosphère était très instable durant cette nuit du 22 au 23 août 2011: un coin d'air tropical humide coincé entre un front chaud sur les Pays-Bas et un front froid déboulant de l'Atlantique déferlait sur le pays en fin de journée. Et même si sa présence ne se notait pas vraiment au niveau du sol (19°C vers 22h à Montigny-le-Tilleul), l'air en altitude était bien plus chaud que la normale, se heurtant à de l'air glacial arrivant de l'ouest. Les cisaillements de vent très marqués achevaient de rendre la situation explosive.

Situation atmosphérique à 2h00 heure belge le 23 août. Le coin d'air chaud comporte de nombreux creux thermiques: le premier marque le premier MCS qui quitte la Belgique, le deuxième marque le troisième MCS en train de se développer.

Les systèmes orageux qui ont concerné le pays cette nuit et ce matin étaient des MCS, ou système convectif de méso-échelle. Un MCS est un vaste ensemble (de l'ordre de 100 à parfois 500 km de diamètre pour les plus grands spécimens) d'orages multicellulaires très organisés qui interagissent entre eux, engendrant des phénomènes spectaculaires: activité électrique virulente, pluies diluviennes, grêle et fortes rafales de vent. Le MCS en soit n'est pas un phénomène exceptionnel, il s'en produit régulièrement. D'ailleurs, l'orage du Pukkelpop le 18 août dernier était un MCS en formation. Mais il faut reconnaître que ceux de la nuit dernière ont été particulièrement violents.

En fait, ce ne sont pas moins de quatre de ces systèmes qui ont traversé le pays entre le 22 22h00 et le 23 midi. Un tel défilé est plutôt rare, et explique les inondations observées par endroits.

En fin d'après-midi, un MCS en dissipation (pas compté ci-dessus) atteint la frontière et meurt sur le Hainaut, donnant quelques averses orageuses. Cette mise-en-bouche prépare l'arrivée du premier véritable système qui traverse la région parisienne. Le renforcement des cisaillements des vents entraîne l'explosion de l'orage sur le département de l'Aisne en début de soirée, peu avant son entrée sur la Belgique.

A 22h00, les premières pluies orageuses touchent le Hainaut. Sur le flanc sud-est du complexe s'est formée une énorme ligne orageuse, qui concentre le maximum d'activité, et régénérée constamment par l'arrière:

Une heure plus tard, l'orage concerne tout l'est du Hainaut, et commence à déborder sur les provinces de Namur et du Brabant Wallon. L'activité électrique, essentiellement intranuageuse, est incessante. Les rares coups de foudre sont explosifs. Ces deux caractéristiques sont la signature d'un orage très organisé. Le défilement de la ligne au-dessus de la Botte du Hainaut est responsable de pluies abondantes et continues, qui vont générer des inondations. Sur un axe Charleroi - Rance, les cumuls dépassent partout les 50 mm (ou l/m²).

Vu du ciel, l'orage est particulièrement impressionnant: l'enclume s'étend sur plus de 250 km de diamètre. Et d'autres systèmes identiques semblent se dessiner derrière...

A minuit, l'orage commence à évacuer la Botte du Hainaut, après y avoir sévi près de deux heures. Une structure de type bow echo (ligne courbée, stade encore plus organisé) semble se mettre en place dans la partie sud, mais ne subsistera même pas une heure.

A 1h00 du matin, le MCS, ayant accéléré sa course vers l'est-nord-est, se désorganise, gardant cependant un foyer très actif sur l'Ardenne. L'activité électrique se fait un peu moins intense. Remarque: la baisse d'activité n'est pas aussi importante que présentée sur l'image radar ci-dessous; le foyer ardennais masque le reste de la ligne au radar de Wideumont, situé juste au sud de l'orage.

A deux heures, alors que le premier MCS évacue la Belgique par le pays de Herve, de nouvelles cellules apparaissent sur les images radar, au-dessus du nord de la France.

A quatre heure du matin, ce deuxième MCS, toutefois moins organisé que son prédécesseur et de taille plus modeste, concerne le Hainaut et se dirige vers Bruxelles.

A 5h00, alors que l'orage se propage à travers l'ouest du pays, un troisième système se structure et se présente sur le nord de la France! Il est nettement plus important que le deuxième MCS, mais moins violent que le premier.

Vu de l'espace, ce défilement de système orageux est assez impressionnant. Le premier orage semble s'être refait une santé sur le nord de l'Allemagne, où il sévit à présent. Le deuxième MCS, de taille restreinte, se situe au-dessus de l'ouest du pays, tandis que le troisième, en phase de croissance, s'étend de plus en plus.

A 7h00, le troisième complexe frappe l'ouest du pays, en présentant une activité électrique particulièrement violente et de grosses intensités de précipitations, notamment sur la région de Mouscron. Au sud, le quatrième et dernier MCS est en formation.

L'image satellite de 8h00 montre clairement les quatre complexes orageux, le deuxième étant en train de se dissiper.

Le dernier système entre en Belgique vers 9h00, très violent, et se dirige rapidement vers Bruxelles, alors que le troisième, à bout de souffle, est à peine en train de quitter la Flandre.

A 10h00, il frappe durement la capitale, précédé d'un ciel noir de nuit. Un véritable déluge d'environ une heure tombe sur Bruxelles, donnant par endroits plus de 40 mm de pluie.

En fin de matinée, l'orage quitte le pays par la province d'Anvers. Quelques derniers orages éclatent à l'arrière, mais plus rien de comparable aux MCS.

Pluies et inondations

Ces orages ont été impressionnants par le nombre d'inondations résultant des pluies diluviennes qui les accompagnaient. Les communes les plus touchées à l'échelle du pays sont sans doute Uccle, Jodoigne et Ham-sur-Heure - Nalinnes. Plus généralement, le Hainaut, les deux Brabants, Bruxelles, le Limbourg et la province d'Anvers ont été fortement touchées. Les autres provinces ont parfois subi des orages (Namur, Liège, Flandre orientale) tandis que la province du Luxembourg et la Flandre occidentale n'ont été que très peu concernées. En certains endroits, les lames d'eau relevées sont importantes:

Montignies-sur-Sambre: 70 mm, Cour-sur-Heure: 55 mm, Ellignies-Ste-Anne: 52 mm, Enghien: 48 mm, Koekelberg: 49 mm, Uccle (IRM): 44 mm.

Sur les deux stations exploitées par Hydrométéo, il est tombé 40 mm à Montigny-le-Tilleul et 70 mm à Nalinnes. Le site de la station de Nalinnes a été inondé. 

Foudre et incendies

Environ 12 000 coups de foudre ont frappé le pays au cours de ces orages, pour environ 75 000 éclairs intranuageux. Ce chiffre est remarquable, mais si l'on prend en compte la durée et la répétition des vagues orageuses, il ne peut être considéré comme exceptionnel. Mais cela n'enlève rien au spectaculaire brasier électrique engendré notamment par le premier MCS: le ciel était éclairé sans cesse par les décharges intranuageuses, et les rares coups de foudre ont néanmoins pilonné les quartiers des stations hydrométéo. Ainsi, à Montigny-le-Tilleul, la foudre s'est abattue à sept reprises à moins de 500 mètres, et ce en moins de 10 minutes. Cela s'est observé en bon nombre d'autres lieux.

La foudre a engendré des incendies parfois spectaculaires à Antoing, mais aussi à Mons où le toit d'une aile de l'école des Ursulines a entièrement brûlé.

Orages exceptionnels?

Pas vraiment. La Belgique connaît de violents épisodes orageux comme celui-ci assez régulièrement (le dernier en date étant celui du 28 juin de cette année). Néanmoins, certains faits peuvent être considérés comme marquants:

-l'étendue et la virulence des différents systèmes orageux

-la répétition de ces orages. Certaines régions comme le Hainaut occidental ont connu quatre épisodes orageux!

-les quantités de précipitations tombées en peu de temps

-les inondations qui en ont résulté, et qui ont concerné bon nombre d'endroits

-le ciel apocalyptique engendré par l'activité électrique nocturne et la noirceur du cumulonimbus frappant Bruxelles en matinée

-l'impression qu'en certains lieux, la foudre s'est "acharnée" sur des surfaces réduites.

De tels épisodes sont appelés à se reproduire dans le futur...

Photos et vidéos

Voici une vidéo et différentes photos prises à Montigny-le-Tilleul.

La vidéo ci-dessous présente le passage du premier MCS:

A l'approche de l'orage:

Pendant l'orage - la foudre s'écrase à moins de 200 mètres, quelques branches de l'éclair sont visibles:

A la fin de l'orage:

 

Lien vers un article de Météo Belgique: ICI 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site